Harcelée au collège… #NAH, tout le monde est concerné

SKMBT_C45215021209300

Hier j’ai regardé ce documentaire sur le harcèlement scolaire, qui a été diffusé sur France 2 il y a deux jours.

J’ai pris une douche glacée. Et j’ai pleuré.

Pourtant je sais. En 6e j’ai été harcelée au collège, durant toute l’année. J’avais 11 ans, un an d’avance, une minuscule parmi les grands. Je jouais encore aux Barbies, aux Playmobils, à côté de ceux qui se roulait des galoches et des clopes.

Je portais mes petits chemisiers de gamine, des caleçons, des chaussures Aster et un cartable Tann’s. Les autres avaient l’uniforme : jeans, baskets, sweats informes et sac à dos. J’étais hors norme, je suis donc devenue le bouc émissaire.

Sale bourge, petite conne, rentre chez ta mère, t’es moche, avec ton pantalon couleur merde, t’as vu ta gueule, sale bourge, sale bourge

Ne me demandez pas pourquoi « sale bourge » ça devait être l’effet col claudine.

Tous les jours je me faisais insulter, cracher dessus, sur le cartable. Je mangeais seule à la cantine, on ne voulait pas de moi dans une équipe de sport… petit à petit je suis devenue la pestiférée. Heureusement, j’avais quelques copines, un peu discrètes comme moi. On était un petit groupe et on se soutenait. Mais parfois, on sent bien que les autres ne veulent pas prendre le risque de se faire emmerder comme toi, et je les comprends.

Les enfants qui me harcelaient? des enfants « normaux », tout un groupe très mélangé, des bons élèves de bonne famille, des mauvais élèves redoublants, des classes moyennes, des classes supérieures… un peu de tout quoi.

Le soir je rentrais, triste, je notais leurs prénoms à tous avec des insultes pour me défouler. Mes parents savaient, mais j’avais trop peur qu’ils en parlent au collège et de me faire emmerder encore plus suite à ça. Et je ne pense pas qu’ils saisissaient vraiment l’ampleur de la situation au quotidien.

Le collège? Ils n’ont jamais rien fait. Il ne voyaient même pas d’ailleurs ou ils fermaient les yeux. Et certains profs riaient même de bon cœur aux moqueries de mes camarades. Un enfant qui se fait emmerder, c’est tellement banal. Mes petits « tyrans » n’ont donc jamais été punis pour leur comportement, et c’est une injustice terrible et bien difficile à avaler quand on à 12 ans.

Et après? L’été qui a suivi ma 6e, j’ai supplié ma mère de me refaire ma garde-robe. Jeans – baskets – sweat informe – sac à dos, et une bonne coupe de cheveux moins gamine. A la rentrée, j’avais la boule au ventre, en me voyant ils étaient tous étonnés. Et le harcèlement s’est arrêté. J’étais rentrée dans le moule, c’était aussi simple que ça. Aussi BETE que ça surtout!

Tant de moqueries, d’insultes, d’humiliations, pour des vêtements, une couleur de cheveux, une origine, une différence de taille, de poids, de dents… Un détail auquel personne ne fera attention adulte. Un détail au centre de l’attention des ados qui en feront un sujet de stigmatisation.

J’ai eu de la chance. J’avais quelques copines, un soutien parental. Ça n’a duré qu’un an à un âge où les harceleurs n’étaient encore que des enfants. Je n’ai pas été maltraitée physiquement, ou peut-être une claque une fois, mais rien de « grave ». Et surtout les réseaux sociaux, les portables n’existaient pas. Une fois sortie du collège, j’étais à l’abri.

Alors POURQUOI? Pourquoi les enfants peuvent-ils être si violents, si méchants entre eux? Pourquoi les enseignants, surveillants, proviseurs n’agissent pas plus? Pourquoi pour certains enfants, l’école devient une souffrance plutôt qu’un lieu d’apprentissage? Je ne sais pas. Mais j’espère que demain, ce documentaire sera diffusé dans tous les collèges de France, pour expliquer la tolérance, le respect de la différence, et surtout l’impact des moqueries à répétition.

Et j’espère, qu’en tant que parent, j’arriverai à être attentive, à déceler ce genre de problème d’un sens comme dans l’autre, car j’ai tout à fait conscience que mon enfant puisse être harcelée, mais aussi harceleur, car l’influence d’un groupe peut avoir prise sur n’importe quel enfant.

Aux enfants qui sont harcelés, j’ai envie de dire relevez les épaules, soyez qui vous êtes, ne vous enfermez pas et dénoncez ce qui vous arrive, auprès des adultes. Quittez les réseaux sociaux et protégez-vous. La vie c’est pas ça, et l’avenir est beau!

Je suis quelqu’un d’optimiste vous le savez, et j’ai envie de croire que tout ça va changer. Nous sommes tous concernés, alors soyons à l’écoute, sensibilisons les enfants à ne pas se moquer, à accepter la différence, à ne pas chercher les défauts de l’autre pour se rassurer soi-même. Ce sera déjà bien.

Quelques liens pour en savoir plus :

Sensibilisation, solutions et numéros de soutien sur le site du gouvernement ici

Pour revoir le documentaire c’est par ici

Et sur les réseaux, pour relayer infos et mobilisation, voux pouvez utiliser #NAH : Non au Harcèlement.

 

Share

63 comments on “Harcelée au collège… #NAH, tout le monde est concerné

  1. Eve
    12 février 2015 at 9 h 09 min

    Pfff que c’est triste et dur à lire, putain !!! Mais pourquoi ? les enfants sont sensés êtres gentils et innocent non ? je ne comprends pas !! et ça me fait peur pour plutard, vraiment !!
    Des bisous ma bichette

    • Mybrouhaha
      13 février 2015 at 23 h 54 min

      Je crois que le collège est vraiment la période ou les enfants se construisent en opposition… Contre tout ce à quoi ils ne veulent pas ressembler. Mais je suis sûre que plus de pédagogie et d’accompagnement éviteraient ca.

  2. Wafa
    12 février 2015 at 9 h 23 min

    Comme je te l’ai dit j’ai vécu ça moi aussi en CM2. Changement de quartier et d’école. Une école plus populaire que la première, des codes différents. J’étais timide et comme toi on m’appelait sale bourge (alors que je vivais dans une cité avec des parents ouvriers comme eux), puis il y avait négresse (pourtant 90% des gamins étaient enfants d’immigrés contrairement à mon école d’avant). Les coups, les insultes, les moqueries et une instit complice qui le seul jour où j’ai osé me défendre m’a privée de lecture pour toute l’année. Et puis un jour j’en ai vraiment parlé à ma mère qui est allée voir l’instit et les choses se sont un peu calmées. J’ai passé 2 ans au collège dans ce quartier puis je suis partie en ville poussée par un prof de français génial qui avait enseigné au Sénégal avec mon oncle (heureux hasard). Bref 3 ans de galère même si j’avais aussi des copines. Aujourd’hui j’ai peur pour mes enfants, peur de ne pas savoir les armer et les protéger de ça.

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 12 h 57 min

      ah toi aussi tu as eu droit à la bourge! c’est fou ça quand même!
      Je n’ose imaginer les moqueries avec propos racistes… et ton instit, mais quelle connasse! Je suis sûre que tu sauras être à l’écoute de tes enfants et gérer leurs années de collège!
      je t’embrasse fort

  3. Dalila
    12 février 2015 at 9 h 31 min

    Bonjour Anne-Charlotte,
    Je découvre votre témoignage sur le harcèlement et j’ai envie de vous dire merci !!! merci d’avoir écrit exactement ce qui se passe dans les collèges et d’avoir su expliquer avec vos mots la terrible réalité que les gens ont du mal à accepter OUI, il vous suffit d’un détail pour être considérée comme une pestiférée et comme vous l’avez si bien dit à votre époque (à la mienne aussi forcément, je n’ai plus 20ans!!) arrivé chez vous c’était fini aujourd’hui les réseaux sociaux les téléphones portables multiplient les dangers…
    J’ai envie de vous dire que vous étiez une bien jolie petite fille et qu’aujourd’hui j’ai 2 filles (qui portent encore des col claudine j’adore !! mais ma grande de 11 ans rentrée en 6ème cette année ne veux plus en porter au collège !!!!!..elle a déjà été embêtée par une grande en 4ème et coup de chance si on peu dire je connaissais de vue la maman je ne me suis pas gênée pour aller la voir et lui en parler je pense qu’elle n’a pas apprécié mais sincèrement « j’men contre FOU » !!! depuis nous sommes tranquille mais je sais bien que toutes ces choses la vont très vite
    Mille mercis pour votre témoignage poignant car ça n’a pas dû être facile pour vous de poser ces phrases sur un post..
    Dalila

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 12 h 58 min

      Merci Dalila pour vos mots! plein de courage pour votre petite, vous avez eu bien raison d’aller voir la maman!

  4. mamandoudouce
    12 février 2015 at 9 h 46 min

    Merci pour ton article hyper émouvant… Les enfants sont vraiment méchants entre eux! Moi, j’ai peur pour ma fille. Elle est rentrée au CP et je vois déjà la différence par rapport à la maternelle. Alors qu’en sera-t-il au collège?

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 12 h 59 min

      roh j’essaie de ne pas y penser. Mona entre en maternelle en septembre et je sais que déjà la différence est grande!

  5. Nanikaa
    12 février 2015 at 9 h 52 min

    ouh ce que c’est dur de lire tes mots ce matin. Ca fait un peu écho en moi… Je vais regarder ce documentaire. Et pleurer aussi sûrement. Je t’embrasse

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 12 h 59 min

      ah oui toi aussi tu as eu droit à ce genre de traitement?

  6. AnA
    12 février 2015 at 9 h 55 min

    Ton témoignage me touche, d’autant que j’enseigne au collège et promis, juré, on essaie d’être attentif, ouvert, à l’écoute. Il faut dire qu’avec les réseaux sociaux, le harcèlement depasse l’enceinte du collège et peut prendre des proportions très dures moralement. À notre décharge, il n’est pas facile de gagner la confiance d’un ado ni de pénaliser les coupables sans qu’il y ait représailles… Un vrai travail de psy dont on ne se sent pas toujours capable…

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 01 min

      Merci Ana pour tes mots, ça fait du bien de lire ça, et je mesure combien ce doit être difficile pour vous! Mais je crois que l’important est d’en être conscient, et de montrer en temps qu’adulte, que l’on n’est pas indifférent!

  7. Flow
    12 février 2015 at 10 h 01 min

    C’est triste de lire ça et c’est qui est affolant c’est que le harcèlement commence de plus en plus tôt!!
    Mon fils a 4 ans, il est chez les moyens et déjà on insiste sur la tolérance, l’intégration et surtout de ne pas se moquer. On a commencé à y faire attention parce qu’en fin d’année dernière (en petite section à l’époque) je l’habille le matin et lui met ses chaussures, des sandalettes et là il me dit qu’il ne veut pas mettre ces chaussures là car on va se moquer de lui…. Quoi? Qu’est ce que tu as dit? Se moquer de toi? Mais tu as 4 ans, qui se moque à cet âge là???? Direct je lui ai demandé ce que c’était que se moquer (pour être sûre que c’était bien ce qu’il voulait dire), qui se moque habituellement dans la classe,… et que se moquer c’est mal. Il a mis ses chaussures et ne m’a pas semblé attristé par les moqueries le soir donc ça a dû passer!!
    Cette année on lui parle de ses copains, on lui demande qui ils sont, si il joue avec untel,… Il m’a répondu une fois que non il ne jouait pas avec tel petit garçon et que lui il avait pas d’amis et qu’il était nul. On lui a demandé de s’imaginer à la place de ce petit garçon sans ami, seul à la récréé, est ce qu’il serait content? Et on lui a demandé de l’intégrer à leur jeux à la récré. Le lendemain ils ont joué avec lui, je ne sais pas combien de temps ça a duré..
    Mais bon on essaie comme on peut de faire attention et de le sensibiliser à ça pour que lui ne soit pas harceleur (et espérons pas harcelé non plus) à l’école… Pas évident!

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 02 min

      c’est parfait ce que tu fais il me semble, écouter, questionner, expliquer!

  8. Céleste
    12 février 2015 at 10 h 04 min

    Si seulement on pouvait leur dire, à tous ces enfants qui ne se fondent pas dans la masse, que plus tard, leur différence fera sûrement leur richesse. Que ce qui se passe à l’école n’est pas représentatif de ce qui se passera dans leur vie d’adulte… Je t’embrasse, toi, et j’embrasse la petite Anne-Cha de 12 ans, si jolie avec ses joues halées et son sourire un peu hésitant.

  9. lilibulle
    12 février 2015 at 10 h 29 min

    Bonjour, je laisse rarement de commentaires, mais c’est un sujet qui me touche. De par mon métier, j’ai déjà fait pas mal d’actions de prévention contre le harcèlement à l’école et je suis très attentive pour mes enfants également. Personnellement, je n’ai pas subi un harcèlement aussi dur que le tien, mais j’étais pas mal de côté au collège. Comme je cumule l’hypersensibilité et le haut potentiel, j’étais à part, différente. Mes enfants sont aussi HP et depuis que je suis dans un groupe sur le sujet, c’est fou le nombre d’enfants HP qui deviennent des victimes de harcèlement, sûrement parce que ça va très souvent de pair avec l’hypersensibilité et que le fonctionnement HP fait de toi une personne différente, pas supérieure mais différente. J’ai vu il y a peu une vidéo des conférences TED sur le harcèlement avec un point de vue qui peut être choquant au premier abord mais que j’ai trouvé très intéressant à creuser. Je te mets ici le lien. Alors il ne s’agit pas de dire que les enfants n’ont pas droit au recours des adultes mais que la première étape, ça pourrait être de leur donner les armes pour se défendre eux mêmes et intervenir seulement si ça continue. En tout cas, il faut être vigilant et malheureusement, je trouve que peu d’adultes sont vigilants, que ça soit les parents, l’éducation nationale, la famille …

    le lien : http://www.tedxparis.com/emmanuelle-piquet-mieux-armer-les-enfants-contre-le-harcelement-scolaire/

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 06 min

      Merci mille fois pour ton témoignage et tes explications!

  10. Cé Créations
    12 février 2015 at 10 h 47 min

    Le collège a été pour moi la pire période de ma vie.
    Je suis arrivée avec mes chaussures vernies en 6ème… Je fus la risée de mes camarades jusqu’en 3ème parce qu’on ne m’a jamais vue avec un petit copain. La petite fille modèle qui ne fait jamais de vague, ni grève ! Heureusement j’avais quelques copines.
    La libération ça a été le lycée…

    Moi aussi je me dis « heureusement internet n’existait pas »…
    J’espère être à la hauteur pour mon fils (de quel côté que ce soit) quand cette période arrivera.

    Merci pour ton témoignage.

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 06 min

      oh comme je te comprends!

  11. Les Moustachoux
    12 février 2015 at 11 h 24 min

    olala Anne-Cha j’ai pas le temps de te répondre bien. Mais il est vraiment chouette ce témoignage. J’ai regardé le doc quand tu l’as posté avec mon mec. Et putain on s’est dit qu’on est vraiment con quand on est gamin. Moi j’ai jamais été touchée par ça mais quand je repense à des gamins, ce qu’ils ont pu morfler. On voyait, on disait rien, et surtout pour ne pas se mouiller pas bordel. On préférait être du côté des gens cools, des petits cons en fait. Ce documentaire est bien fait pour ça. On ne reste pas insensible, harceleur ou harceler on a envie que les choses changent. Et de faire ouvrir les yeux à nos enfants et surtout surtout les protéger. Mais comment leur faire éviter ça. Espérons que ce reportage fasse bouger les choses. Finalement si, j’ai pris le temps de répondre. Ahah. Bon par contre Anne-Chou je comprends pas du tout comment tu as pu être touché par ça avec ton joli minois.

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 08 min

      oh tu es gentille Anne-Son merci! Mon minois manquait d’acné et faisait bien trop petite fille à leur goût je crois!
      je te comprends, j’aurai totalement pu faire partie des gens « cools » et me moquer aussi je crois… d’ailleurs je rêvais de faire partie des gens cools!

  12. matinbonheur
    12 février 2015 at 11 h 49 min

    Il est touchant ton témoignage….
    J’étais en CE1, légèrement ronde, avec des lunettes et un cache hyper moche (pour récupérer un œil), un peu trop bonne élève, je n’ai pas été épargnée côté moqueries. J’ai appris à me fondre dans la masse et cultiver la différence aux moments opportuns, mais il a fallu du temps…
    J’espère que je saurais guider mes enfants pour qu’ils sachent s’affirmer, se défendre intelligemment et cultiver la bienveillance envers les autres.

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 09 min

      Déjà en CE1? ohlalala 🙁

  13. juliette
    12 février 2015 at 12 h 06 min

    Merci pour ton témoignage et le lien, ce sont des paroles de la sorte et une attention de tous qui permettront de limiter et pourquoi pas d’empêcher certaines tragédies.

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 09 min

      J’espère Juliette…

  14. yeahyeahgirl
    12 février 2015 at 12 h 37 min

    oh ma chérie, je pleure même si je savais … moi aussi on s’est beaucoup moqué de moi, j’ai essayé de rentrer dans le moule, ça a duré une semaine et j’ai remis ma salopette rouge. moi ils me faisaient chier mais j’étais une dure à cuire (dur à croire aujourd’hui hein ?). ils pouvaient me dire ce qu’ils voulaient, je les méprisais, je les trouvais moches, sans intérêts et quand je les vois aujourd’hui ces élèves ‘populaires’ je ris de bon coeur : des gens qui ne ressemblent à rien, qui ont fait du commerce parce qu’ils n’avaient pas d’idée, avec des enfants qui s’appellent Killian, Eden ou Dylan, des faces de cul et zéro culture générale, aucune ouverture sur le monde et des habits Dora l’exploratrice. Déjà enfants je savais que je ne voulais pas leur ressembler, mais maintenant c’est confirmé !
    Tu es belle, douce, intelligente, drôle, touchante et à l’écoute, je n’ai jamais eu d’amie comme toi, tu es ma perle même si parfois je t’en ai fait baver (ma pauvre) et tous ces enfants méchants auront sûrement du mal à se sentir léger au moment de quitter leur vie.
    Je t’aime fort et grand.

    • Cé Créations
      16 février 2015 at 8 h 33 min

      Oui tu as raison, les élèves populaires que j’ai connu sont aussi devenus comme tu les décris… et pour rien au monde je voudrais leur ressembler.

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 11 min

      ahahah ma poulette, merci pour tes mots qui m’ont fait rire, et qui m’ont fait chaud au cœur! Je n’ai pas osé parlé des élèves populaires de l’époque, d’autant que c’était assez mixtes me concernant… mais en effet, aujourd’hui certains sont devenus gratinés! Ce qu’on vit au collège ne représente tellement pas la réalité des choses…
      je t’embrasse fort! <3

    • Aurélie
      20 février 2015 at 16 h 47 min

      Mon fils s’appelle Eden, j’me sens vexée YeahYeahGirl… Eden est un très joli prénom, à ne surtout pas comparer à des Killian ou Dylan, merci bien…. Non mais…

  15. Laurie LB
    12 février 2015 at 12 h 55 min

    J’ai vu aussi le documentaire et c’était très dur d’entendre tout ça même si je suis bien consciente du problème et qu’il faut en parler je ne comprends pas comment des enfants puissent être aussi méchants et tyranniques entre eux ! Je trouve ça complètement dingue alors que je l’ai vu aussi à l’école. Je ne comprends pas non plus pourquoi ils n’ont pas diffusé ce documentaire à 20:55, ça aurait peut-être touché encore plus de monde et interpeller plus de monde sur cet énorme problème. Quand j’entendais que le personnel pédagogique, le DIRECTEUR, ne faisait rien et le voyait pourtant bien de leur yeux je trouve ça aberrant, comment peuvent-ils travailler dans une école qui est censée être « au service » des enfants et ne rien faire pour eux. Bref, il reste encore beaucoup à faire sur ce sujet…

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 13 min

      Oui il reste beaucoup à faire, mais on dirait que les consciences s’éveillent! tu as bien raison, ils auraient du diffuser ce documentaire bien plus tôt!

  16. Billie
    12 février 2015 at 13 h 16 min

    J’avais entendu une émission sur France inter et suis également tombée sur le reportage de France 2. Cela a eu une certaine résonance, car malgré mon « fort » caractère, j’ai souffert de harcèlement parce que…je ne m’étais pas laissée faire! C’était en 3e, ça a duré quelques mois et une prof de français (géniale), qui a senti ce qu’il se passait, a réuni toute la classe au lieu de faire cours et a remis les choses à leur place. Sans elle, je serai certainement restée cloîtrée chez moi le reste de l’année, tellement j’en avais marre. Certains banalisent le sujet, mais je sais que je serai très vigilante lorsque ce sera au tour de ma fille d’entrer à l’école. Bientôt…

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 13 min

      Merci pour ton témoignage, et un grand bravo à ta prof! quel soulagement de lire ça!

  17. stella
    12 février 2015 at 15 h 05 min

    Oh t’étais toute mimi!

    J’aurais jamais pu imaginer que toi, qui à l’air si cool, si jolie ai pu être victime de ce type d’harcèlement!
    J’ai aussi été victime d’harcèlement à l’école, on ne s’en ai jamais pris à moi physiquement mais j’ai passé une grande partie de ma scolarité à me faire insulter! J’étais la grosse, la moche, celle qui n’as pas de petit copain et peu d’ami! Je me souviens qu’une fois un garçon voulais sortir avec moi mais comme il était encore plus mal vu que moi, je ne voulais pas! Au lycée, j’ai changée de ville et donc de camarades et à la au milieu de la seconde j’ai rencontré mes supers copines! Je suis encore en contacte avec certaines (presque toutes en fait) et ça c’est cool! Grâce à elles, le lycée a été la meilleur période de ma vie!

    J’espère que le jour où j’aurais des enfants et qu’ils seront en âge d’aller à l’école, je serai voir ça.

    Hélas, notre société est ainsi! Je trouve qu’il n’y a pas que chez les enfants, à l’école ou non d’ailleurs que ce type de discrimination a lieu. Dans le milieu professionnel on retrouve aussi ce type de comportements, machin de la compta qui « bitch » sur chose du marketing qu’on laisse manger seule à la cantine du boulot! Je vais en cours pour adultes et là aussi on voit des élèves en mettre d’autre de côté. Ce n’est pas aussi méchant que chez les enfants mais l’humain à tendance à voir le mauvais côté des autres comme pour se sentir meilleur! C’est nul!

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 15 min

      Merci Stella pour tes gentils mots et ton témoignage! tu as raison aussi sur le milieu professionnel et compagnie. Je crois malheureusement que c’est terriblement humain d’essayer de se rassurer sur le dos des autres!

  18. **gaelle**
    12 février 2015 at 15 h 07 min

    j’ai enregistré le reportage… ma fille rentre en 6è l’année prochaine. je ne veux pas lui faire peur alors on va attendre un peu avant de lui montrer. Il devrait être diffusé au sein des primaires CM2/collèges… Merci d’en parler, reparler… NAH # mais cela reste encore tabou.

  19. woodyealine
    12 février 2015 at 17 h 59 min

    Merci pour ce témoignage.
    Que deviennent les enfants harceleurs? Ne seraient pas ces adultes que je rencontre à chaque coin de rue me traitant de vache, ceux qui simulent une crevaison de mon vélo car je suis trop grosse….
    J’ai toujours été comme ça et je le vis mal que depuis que je suis adulte.
    Harcèlement, moquerie, méchanceté….Vite faut que l’Homme change!!!

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 16 min

      oh Wodyaline, comme je suis triste de lire tes mots! je t’embrasse bien fort!

  20. Aurélie / Catmini
    12 février 2015 at 18 h 08 min

    Mon petit frère (un géant de presque 2m en 2nde) a été harcelé cette année : difficile d’en parler, difficile de cerner le pb, d’en comprendre l’ampleur… Les équipes pédagogiques et sportives (sport étude) ont rapidement réagi, alerté les parents et réglé le pb dès la fin du 1er trimestre. On était tous choqués et un peu perdus face à cette violence, et encore aujourd’hui on espère que mon frère s’en remettra. Merci pour ton témoignage, des bises ma belle!

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 17 min

      Je suis sûre qu’il s’en remettra, j’espère qu’il a réussi à s’entourer de chouettes amis depuis! Vous avez bien fait de réagir comme ça et de l’entourer de votre mieux!

  21. Marie*
    12 février 2015 at 18 h 08 min

    Moi, je frémis quand je reçois des livres sur le harcèlement à l’école, collège, lycée, et j’ai l’impression qu’il y en a de plus en plus à cause des réseaux sociaux comme tu le dis bien.En tous cas, il est vrai que le collège est le moment où tout le monde « doit » être pareil… Quelle tristesse!Je pense, par contre, que les parents ont un rôle très important à jouer pour stopper net l’hémorragie. Un parent qui défend son enfant c’est souvent une bonne solution à bcp de problèmes même si l’enfant a peur du contraire, ce qui est bien normal. Cette société m’effraie, j’ai peur pour mon enfant si doux, j’espère qu’il ne se laissera pas faire! J’y veillerai!
    Bonne soirée*

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 17 min

      oui tu as tout à fait raison Marie!

  22. Lili et ses filles
    12 février 2015 at 22 h 22 min

    Ton histoire est vraiment très touchante, et tu as bien fait de la partager. Je fais attention depuis que Pimprenelle est rentrée à l’école, pour ne pas rater quelque chose qui la mettrait en souffrance mais je suis vigilante aussi à ce qu’elle ne devienne pas « la coupable » non plus ! Parce que les enfants harceleurs, ce sont bien les enfants de quelqu’un, on imagine toujours que ce sont ceux des autres, mais c’est à nous parents de leur apprendre la tolérance, le respect de la différence et les limites à ne pas franchir.

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 18 min

      Oui c’est exactement ce que je me dis, on peut tout à fait être les parents d’un petit tyran!

  23. Lili
    13 février 2015 at 5 h 42 min

    Je suis entrain de regarder le doc.
    C’est vrai que c’est terrible le harcèlement, c’est ma 3ème année en tant qu’enseignante, et j’ai eu chaque année un ou une élève victime. J’ai toujours agis. Prévention, action avec l’équipe enseignante, avec le directeur/la directrice de l’école, rencontre avec les parents.
    Il faut bien évidemment ouvrir les yeux, et le harcèlement est dur, même pour l’enseignant.
    Les enfants sont durs, même à 7 ans.
    J’ai tout comme toi vécu le harcèlement en rentrant en 6ème. Je vivais dans le 93 entre les cités et les pavillons, j’étais aussi la petite bourge, en chemise et jean contre les survet & basket, j’en ai parlé à mes parents qui ont pris contact avec les CPE, et ça a été réglé très vite, les filles trouvaient ça drôle, bien plus que de se retrouver dès le début de la 6ème dans un bureau, mise devant le fait accompli. Elles se sont excusées, et j’ai même réussi à être « amie » avec l’une d’elle quelques années après. J’ai eu un surnom au collège, qui ne m’amusait pas « Alcatraz », je ne l’ai pas mal vécu mais il me renvoyait à quelque chose qu’aujourd’hui avec le recul me rassure. J’avais des parents qui ne me laissaient pas sortir, ne m’autorisaient pas à regarder n’importe quoi à la tv, ni à fréquenter n’importe qui.
    Je suis une des seules à avoir fait des études qui m’ont apporté un métier « valorisant », en tout cas un métier que j’ai choisi et préparer.
    Je n’ai pas eu d’enfants avec n’importe qui, je n’en ai pas encore d’ailleurs.
    J’ai quitté les cités et HLM.
    Je m’en suis sortie.

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 21 min

      Chère Lili, merci mille fois pour ton témoignage! Bravo pour ton courage, celui de tes parents et votre réussite!
      Et merci pour tes actions en tant qu’enseignante! Ce sont des gens comme toi qui feront la différence!

  24. Aurore
    13 février 2015 at 7 h 24 min

    Bonjour

    ton témoignage me touche énormément, j’ai du mal à imaginer que l’on ai pu te harceler quand on voit comme tu es une jolie femme., épanouie, tu as su trouver un bon équilibre malgré tout.

    Je connais malheureusement ce problème , je suis rousse donc jusqu’au lycée ce fut très compliqué pour moi.

    J’ai beaucoup souffert et j’ ai un caractère très fort depuis,je ne suis pas du genre à aimer les personnes populaires j’ aime les personnes simples et gentils.

    Je fuis la méchanceté et la moquerie.

    Mon fils a été embêté cette année pour une histoire de bonnet on se moquait de lui. C’est un bonnet à la »mode » mais un gamin populaire se moquer de lui et il ne voulait plus le mettre. Nous l’avons rassuré, expliqué que l’ avis des autres n’avait pas d’importance, et il l’ a remis.

    Je veille au grain je suis très vigilante.

    Merci pour ton histoire et bonne journée, tu as pris la plus belle des revanches je crois.

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 22 min

      Merci Aurore pour ton témoignage! Ce truc avec les roux est complètement effrayant, et tellement… improbable!!
      je trouve ça dingue!

      Merci pour tes gentils mots! C’est adorable

  25. Sophie
    13 février 2015 at 9 h 16 min

    rohhhhh , j’ai pleuré en lisant ce post … pleuré parce qu’on t’a fait du mal …. et que ça me rend dingue et pleuré parce que ça m’a rappelé d’horribles souvenirs ( je sais que mon cruel manque de confiance en moi vient de là … à travailler ! ) …. tu sembles si forte aujourd’hui …. je t’embrasse fort ma beauté et je fais un gros câlin à la jolie petite Anne Charlotte de la photo .

    • mybrouhaha
      17 février 2015 at 13 h 22 min

      Ma Sophie… moi aussi je te câline fort! tu me raconteras la prochaine fois…

  26. Meugleu
    13 février 2015 at 10 h 23 min

    Je viens de découvrir ton témoignage suite à ton message sur Facebook. Tu as pris une jolie revanche sur tous ces petits démons.
    Cela dit la puissance du groupe est tellement forte qu’on ne peut pas dire que ces enfants étaient tous des petits démons. En 4ième je suis moi-même passée du groupe des filles cools de la classe à celui des petites filles vraiment pas cools, trop gamines… Heureusement j’ai intégré un groupe de filles exilées comme moi du groupe précédent (et que j’avais bien sûr laissé être mises de côté sans rien dire) et j’ai passé une dernière année sympa. Ce n’est qu’une broutille par rapport à ce que peuvent vivre les enfants harcelés mais je me rappelle déjà de la peine que j’avais ressenti. Je ne peux qu’imaginer la douleur de ces jeunes aujourd’hui.
    C’est vraiment un sujet qui m’effraie – l’école en général d’ailleurs car on ne donne pas assez de moyen et de reconnaissance à l’Education Nationale – et Internet fait vraiment la différence par rapport à « notre époque ».
    Merci pour ton témoignage et maintenant tu es définitivement du côté du cool, du fun, du funk! 🙂

  27. Marie*
    13 février 2015 at 13 h 32 min

    En tous cas, on te reconnait très bien! Comme tu étais jolie!!!bisous*

  28. Lolli
    14 février 2015 at 10 h 33 min

    J’ai déjà vécu cela aussi au collège, et je dirai que c’est aux parents des harceleurs de mieux éduquer leurs enfants. Mais il faut que le tabou soit levé, et que les enfants parlent. Il n’y a qu’ainsi que les choses pourront évoluer je pense .

  29. Maou
    15 février 2015 at 8 h 59 min

    C’est vraiment émouvant.
    Bravo d’avoir été forte et merci pour ce témoignage.

  30. doublerose
    16 février 2015 at 11 h 41 min

    Rentrer dans le moule ou être harcelée. La difficulté du collège au moment où nous sommes fragile. J’ai témoigné ici : http://doublerose.over-blog.com/2015/02/poil-de-carotte.html
    moi j’étais rousse, pauvre avec les mauvais vêtements et des parents strictes qui estimaient que je ne devais pas trainer dans la rue après l’école…de quoi devenir celle dont on se moque.
    Mais finalement j’ai presqu’envie de dire que le pire n’est pas ce temps de harcèlement qui est dur à vivre, mais les traces qu’il laisse.

  31. Zelda
    16 février 2015 at 12 h 12 min

    Elle est dingue ton histoire.
    Je n’ai pas vu ce reportage, mais je sais que les enfants (et ados) peuvent être très méchants entre eux car j’ai été surveillante pendant 7 ans dans des collèges et j’ai donc pu voir tout cela par moi-même.
    Tu as tout à fait raison, dès qu’un ado sortait un peu du moule et surtout avait l’air fragile aux yeux des autres, c’était une porte ouverte à des moqueries voire plus. Et justement j’étais sensible à ça, j’essayais d’intervenir. Je ne supportais pas ça et aussi j’essayais d’expliquer. Avec des mots on peut faire beaucoup.
    Parfois plus qu’avec des punitions débiles.
    Mais quand je repense à mon entrée en 6ème, j’avais 11 ans aussi, j’étais toute petite et toute menue et je m’habillais aussi avec des petits chemisiers, cartable Tan’s etc.. et j’ai eu de la chance là où j’étais. Je n’ai jamais eu aucun soucis et pourtant j’ai toujours fait plus jeune que mon âge et je n’étais pas franchement très stylée ado !
    J’ai donc l’impression que plus le temps passe, plus il faut être à tout prix dans le moule, et avec les réseaux sociaux, ce doit être encore plus dur et plus cruel.
    Donc tu as raison, il faut en parler beaucoup.
    Bises

  32. Aline
    16 février 2015 at 13 h 50 min

    Comme tu dis, veiller à ce que nos enfants ne soient pas harcelés, mais pas harceleurs non plus. Et ça je me demande si ce n’est pas encore plus difficile à voir pour un parent.

  33. Anne
    16 février 2015 at 19 h 46 min

    Je n’ai pas vu ce reportage mais ton récit me glace le sang! c’est horrible effectivement, j’ai moi aussi vécu ça mais plus tôt à l’école primaire, j’étais différente parce que je suis née dans un village de père inconnu et d’une mère de 16 ans, le pire c’est que les mots qui sortaient de la bouche de ces enfants venaient forcément de leurs parents! bref…
    Je comprends ton optimisme et moi aussi je suis quelqu’un d’optimiste toujours!!! je me dis que c’est ce que j’ai enduré qui m’a rendu plus forte et plus heureuse de ce que j’ai aujourd’hui, d’ailleurs les filles populaires n’ont pas forcément bien tourné aujourd’hui 😉
    en revanche contrairement à toi je ne me dis pas que les choses vont changer, si elles changent ce n’est pas forcément pour quelque chose de mieux! mon fils a aussi vécu ça avec un petit con qui l’embêtait à l’école, et ses parents n’en avaient rien à faire, ça j’ai trouvé ça horrible parce que le môme avait 5 ans et terrorisait déjà mon fils!

  34. maelia
    18 février 2015 at 15 h 05 min

    Votre témoignage m’a touchée. J’ai l’impression que personne n’a eu de période de collège agréable ou heureuse. Nous avons tous une histoire à raconter… c’est triste. Personnellement je me console en voyant la vie de ces ****** actuellement. Je me retrouve dans le commentaire de yeahyeah girl sur ces gens là. Par contre je manque cruellement de confiance en moi à cause de ces petits cons qui m’ont si souvent rabaissée. En effet j’étais et je suis toujours très mince. J’aurais aimé que ça me passe au dessus mais c’était plus fort que moi cela me touchait car il y avait du vrai dans leurs remarques. Petit à petit je m’accepte mais c’est difficile. Et je pense aussi que le harcèlement continue à l’âge adulte avec les normes les codes que l’on veut nous imposer. C’est essentiel de lutter contre cela et de faire attention aux signes pour nos enfants. Je suis instit et je vois tous les jours des enfants subir des moqueries. Les parents ne comprennent pas la gravité des propos de leurs enfants. C’est un combat difficile et l’on se heurte à un mur quand on signale le harcèlement. Je n’ai pas encore trouvé de solutions efficaces mais j’y travaille.
    Bonne continuation.

  35. Julie Cocotines
    18 février 2015 at 20 h 48 min

    Oh belle Anne-Charlotte, je n’avais pas eu le temps de te laisser un commentaire avant ! C’est le genre de (mauvaise) expérience qui fait de nous ce que l’on est et ce que l’on ne veut pas être ! J’avoue n’avoir jamais saisi pourquoi je n’ai jamais fait partie de ces personnes harcelée, une petite très timide, qui rougit pour rien, j’aurais vite pu être un bouc-émissaire, et vu mon tempérament il est certain que ça m’aurait détruite ! Au collège il y avait par contre une fille harcelée, traitée, frappée, dont certaines lui tirait les cheveux…elle était forte, elle répliquait beaucoup ! Je crois n’avoir jamais vu un adulte s’interposer, c’est triste ! Il me semble qu’elle s’en est bien sortie, elle a une jolie famille !
    J’espère que l’on sera en mesure et qu’on aura les moyens de protéger nos enfants….dès septembre !!! Car c’est vrai, ce harcèlement, même le plus banal commence à un très jeune âge, ne dit-on pas que les enfants regardent et s’inspirent des grands ? Je crois aussi que certains parents passant leur temps à rabaisser leurs enfants ont aussi un rôle (même si ce n’est pas tous, on est d’accord !)

  36. aude et les trois petits riens
    19 février 2015 at 10 h 19 min

    Bonjour Anne-Charlotte, j’ai aussi découvert ce documentaire avec effroi. J’ai eu aussi la boule au ventre et ça m’a rappelé des années trop sombres pour être évoquées avec sérénité. J’ai détesté mes années collège, j’ai haïs les enfants qui m’insultaient. Je n’ai jamais su pourquoi ils s’en sont pris à moi, j’étais ce qu’il y avais de plus commun dans la classe, discrète mais peut être trop, je ressemblais physiquement encore à une petite fille, je n’avais pas de poitrine alors que toutes les filles s’en vantaient, j’étais comparée à une planche à pain, je retrouvais mon jean dans les toilettes du gymnase après le cour de sport, et combien de cartes Orange m’a t’on volé?! J’ai souffert mille morts et j’en venais à détester les profs et toute l’équipe encadrante qui ne faisait rien! Je n’avais pas envie de travailler, j’ai redoublé ma 4ème pour ne plus me retrouver avec toutes ces horribles personnes qui m’ont pourri mon adolescence au point d’être ravie qu’on me propose après la 3ème d’aller vers une branche professionnelle plutôt qu’en seconde générale. Je ne voulais pas les retrouver, je voulais les oublier!! En débarquant en filière professionnelle, j’ai rencontré des âmes tourmentées, des jeunes qui comme moi ne se sentais pas « adaptés » au collège pas toujours pour les mêmes raisons, mais en tout cas je m’y suis sentie bien, j’y ai vécu mon adolescence et toutes ses folies, avec un peu en retard, mais j’y ai eu droit aussi! Et puis ça m’a permis de reprendre goût à l’étude et retourner par la suite vers un cycle plus général.
    J’espère que nos enfants ne vivront pas cela, j’espère qu’aujourd’hui les équipes encadrantes sont plus sensibilisées à tout ça. Le monde dans lequel on vit est rude et c’est dommage que si jeunes les enfants aient à y faire face!
    Très belle journée.

  37. les pastilles
    2 mars 2015 at 20 h 08 min

    Oh comme je comprends!!! Le harcèlement scolaire je l’ai pris comme des rafales durant mon année de troisième…Avoir la boule au ventre pour tout se lever en se disant qu’est ce qui va se passer aujourd’hui? quel surnon vont ils me donner? Et si je passe au tableau il va se passer quoi? Si il faut former une équipe qui voudra de moi? Si je porte telle ou telle chose que va t’on me dire? Et au self j’ai droit de manger ou pas? Et les profs qui cautionnent cette maltraitance en te mettant à côté du plus virulent de tes bourreaux et te disant sois gentille avec Lionel!!! Si dure à vivre des anecdotes j’en ai à la pelle!!! Mes parents et des amis fidèles ont répondu présents et le sont encore!!! Ce calvaire je ne le souhaite à personne!!!

  38. Blabla
    9 mars 2015 at 14 h 55 min

    Je découvre ce blog totalement par hasard, et cet article vraiment touchant par la même occasion.

    J’ai vu le reportage le mois dernier, qui m’a également renvoyé à des souvenirs, plus ou moins lointains.
    Petite (cp-ce1), des « grands » m’appelaient « l’étrangère » (française, de parents français, mais pas « du coin »), j’avais de très bonnes copines, mais l’annonce d’un déménagement a été un soulagement. Une ville plus moderne, où on se fichait de savoir si mes parents étaient nés à moins de 10km, où en moins d’une semaine je me suis fait des copains que je vois toujours aujourd’hui.

    En 4e, un gars a trouvé drôle de m’insulter et de lancer des rumeurs à mon sujet dans le collège. En trois semaines, et sans plainte de ma part, le collège l’a convoqué. Certains ont continué, de façon plus discrète, loin des adultes, sur la route le matin ou le soir, dans les couloirs, en dévissant les roues de mon vélo, déréglant les freins… Mais je savais que je ne les reverrais plus à la fin de l’année, qu’ils s’en iraient. J’avais un groupe d’amis fiables, ça me paraissait le principal.
    Tout à repris en milieu de 1ère, par un groupe de 4 ou 5 filles de ma classe qui aimaient rabaisser ceux qui n’avaient pas le bon look, le bon physique, la bonne attitude, la bonne répartie, qui n’étaient pas comme elles.
    Physiquement je suis dans la moyenne, ni grande ni petite, ni grosse ni mince, sur le plan scolaire pareil, vers 14 de moyenne toute ma scolarité dans un meilleurs lycées de l’académie donc rien qui soit « hors-norme », elles m’ont donc attaqué sur mes vêtements (« pas assez à la mode »), et la timidité. Et aussi sur le fait que, oui, il m’arrivait d’aller voir les profs à la fin des cours pour poser des questions, parfois sans rapport avec le programme, par curiosité, pour avoir des titres de livres par exemple. Comportement inenvisageable pour elles. Trop « intello » sans doute.
    Je ne répondais pas, préférant les ignorer, me dire que ce genre de comportement leur retomberait dessus un jour ou l’autre, que répondre serait une perte d’énergie et de temps pour moi, elles le voyaient comme une faiblesse et une peur de ma part.
    Certains profs savaient, voyaient, faisaient quelques remarques à leur encontre, mais ça n’a pas été plus loin.
    Avec le recul, je me dis que réagir immédiatement m’aurait peut-être permis de ne pas subir ça pendant un an et demi. Je savais que quelques profs m’auraient écoutée sans problème, que le proviseur (vraiment excellent sur bien des points !) aurait agit sans délai, sans remettre ma parole en doute.
    Mais mes parents auraient été mis au courant. Et ça, je ne le voulais pas. Jamais.
    Cercle vicieux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *