Il m’arrive de me demander # Peut-on suivre la mode tout en achetant éthique?

fashion_revolution

J’ai écrit cet article il y a plusieurs mois sans vraiment oser le publier. Aujourd’hui je me lance!

J’inaugure ici une nouvelle rubrique : « il m’arrive de me demander »

Je ne suis pas quelqu’un d’engagé, pour aucune cause, qu’elle soit politique, humanitaire, écologique, concernant le droit des animaux etc. Je ne suis pas quelqu’un qui a les idées fermes et décidées sur tel ou tel débat, souvent j’observe, j’écoute, et j’essaie de me faire mon avis, quand j’y arrive. Mais j’ai des valeurs, certains principes et surtout souvent je m’interroge. Cette rubrique est faite pour ça, pour parler de mes interrogations avec vous, et peut-être les partager et échanger.

La première et non la moins polémique : Peut-on suivre la mode tout en achetant éthique? Sans exploiter des Bangladais en somme…

Sur le papier, j’ai envie de dire qu’évidemment, comme tout le monde je trouve ça scandaleux. Des conditions de travail déplorables, une paie misérable, des gens qui risquent même leur vie pour leur travail quand on voit les 1135 morts de Dhaka, dans l’effondrement d’une usine textile en 2013. Que ce soit en Afrique, en Europe de l’Est ou en Asie, les problèmes sont les mêmes, sans parler de ceux dont nous n’avons pas forcément conscience : expropriation, manipulation, corruption, autant de délits et souvent de non-respect des droits de l’homme, sur lesquels beaucoup de marques ferment les yeux.

Mais il se trouve que comme presque tout le monde, mon dressing est composé à 40% de pièces h&M, 20% de pièces Monop’ et le reste entre divers & vintage on va dire. J’ai un Iphone, un Ipad un ordinateur, je vais chez Ikea et autres grandes enseignes de déco (et même parfois j’achète des fraises d’Espagne bouuuuuh).

Alors quels choix avons-nous ?

– Acheter français ou européen

Oui mais à quel prix? 200 € la paire de Repetto, 100 € la marinière St James, 350 € le sac en cuir Bleu de chauffe… heu c’est bien beau tout ça mais je fais comment moi, comme beaucoup d’entre vous, je n’ai pas les moyens, ou pas pour une garde-robe complète évidemment. Et puis pour avoir fait un peu le tour de pas mal de marques Made in France, et bien il n’y a pas grand chose qui me tente (à part les Repetto), comment ça je suis difficile?

Et puis au final, on est très vite limité en Made in France. C’est à dire que même si on est prêts à mettre le prix, on se rend compte que même beaucoup de marques françaises de prêt-à-porter assez « chics » qui vendent quand même de la fringue à plus de 100€ minimum fabriquent en Asie…

La bonne nouvelle? De plus en plus de marques se préoccupent de la fabrication française ou du moins éthique du coup le choix devient de plus en plus grand et on voit de plus en plus de boutiques en ligne spécialisées et non moins tendance fleurir!

– Acheter d’occasion

Oui pourquoi pas, dans l’idée de consommer également plus écolo, Internet est un bel endroit pour dénicher des pièces pas chères dans des petits vide-dressing de tous genres. Et à l’heure de la tendance vintage, quoi de mieux qu’un bon petit Emmaüs ou Guerisol? Mais ai-je envie de porter des vêtements déjà portés, les chaussures par exemple me posent souvent un souci ? Vais-je y trouver des pièces « coup de cœur » qui ne vont pas terminer au placard sans avoir été portée (oui moi je fonctionne comme ça, si je n’ai pas un coup de cœur, je ne porte pas)?

– Fabriquer soi-même

Voilà une idée qui me tente bien! Un premier souci (léger) : manque de temps et de compétence. Si je dois refaire ma garde-robe et celle de Mona, je suis pas prête de me mettre quelque chose sur le dos en réalité. Et puis si je dois me coudre une parka ça va devenir compliqué.

Autre grosse question du fait-main : d’où viennent finalement les tissus, et comment le savoir? (chez Coupons Saint-Pierre c’est pas marqué dessus comme le Port-Salut). Qu’est-ce-qui me dit que mon coupon de coton n’a pas été tissé par des enfants? Sans parler de toutes les questions écologiques que ça peut soulever. On en revient donc au tissu éventuellement bio tissé en Europe, oui mais pour un choix si limité de tissu non? et à quel prix?

Alors voilà, quel choix me reste-t-il? je ne sais pas… A mon échelle, sachant que j’ai peu les moyens d’acheter uniquement français, puis-je vraiment consommer éthique sans changer radicalement de mode de consommation et de philosophie de vie, soit tout acheter d’occasion ou porter du fait-maison, et peut-être laisser la mode de côté pour m’habiller plus facilement? Pour être honnête avec vous, je ne sais pas si j’y suis prête, et concernant les enfants je trouve ça vraiment compliqué. (Donc ne vous offusquez pas à la première pièce de grandes enseignes sur une photo Instagram, il risque d’y en avoir encore, notamment pour Mona)

Ce que je me dis pour le moment : c’est peut-être réduire ma consommation, ce que j’ai déjà commencé à faire depuis la naissance de Mona. Mon armoire déborde de vêtements accumulés depuis des années. J’ai eu envie de faire du tri, de garder ce que je mets et surtout de réfléchir vraiment avant d’acheter, quitte à laisser dans le magasin et à revenir. Ainsi j’évite d’acheter des choses sur un coup de tête, qu’au final je ne porterai pas. Je me pose des questions : en ai-je vraiment besoin? n’ai-je pas déjà une pièce similaire dans mon placard? Avec quoi pourrai-je le porter? J’achète ce dont je manque, pour compléter et non accumuler. Aujourd’hui j’achète plus des basiques, et à côté quelques pièces plus originales et plus chères de fabrication européenne, que je sais pouvoir garder durant des années.

Idem pour Mona, j’achète la plupart du temps ce dont elle a besoin et en fonction de ça je cherche des choses qui me plaisent. Et si je ne trouve pas je fais moi-même. Par contre, au-delà des questions de fabrication, je ne veux surtout plus acheter du jetable. J’en ai ras le bol de dépenser (beaucoup au final) pour des choses pas (trop) chères de chez H&M et Zara qui sont importables au bout de 3 lavages. J’achète en soldes du coup, comme beaucoup de parents j’imagine.

Alors voilà, la conclusion c’est que comme beaucoup j’ai plein d’affaires de fabrication asiatique chez moi, je crois que c’est quasiment inévitable à moins de changer radicalement de vie. Il m’arrive d’acheter encore notamment pour les vêtements. Mais je ne fais pas l’autruche pour autant, on réfléchis, on en parle, on se renseigne et on essaie d’agir à notre échelle.

Je vous avoue j’ai beaucoup de mal avec le discours moralisateur et culpabilisant pour le consommateur tout simplement parce que souvent c’est un peu hypocrite. Tu n’as pas un ordinateur toi? un téléphone portable? et bien c’est la même chose. Ensuite parce que même si nous pouvons « boycotter » (encore faut-il le pouvoir), nous serons encore bien trop nombreux à acheter pour que ça impacte vraiment les marques. Il me semble que c’est aux marques d’agir, de nous informer, et à nous de leur demander plus de transparence.

Je vous invite à regarder les actions de Fashion Revolution, un mouvement international qui vise justement à demande plus de transparence aux marques en partageant des photos avec le hashtag #jeveuxsavoir. Sachez que le Fashion Revolution Day c’est aujourd’hui en France et que si vous êtes à Paris (et que vous ne bossez pas) il y a tout un tas de conférences, d’actions, de discussions… tout le programme est .

La discussion est donc ouverte! Qu’en pensez-vous? Comment consommez-vous tendance mais responsable? Quels sont les obstacles auxquels vous êtes confrontés? Avez-vous des marques, boutiques, E-shop responsables de prédilection? J’ajouterai vos liens à l’article petit à petit!

Quelques liens :

Le blog de Camille, « Fabriqué en utopie » : une fille incroyable qui elle a carrément changé de mode de vie pour consommer responsable de manière générale

Un article de L’Express Style avec quelques idées de marque Made in France

Fashion Revolution Day c’est aujourd’hui, n’hésitez pas à partager vos photos sur les réseaux avec la pancarte ou hashtag #Jeveuxsavoir

 

J’espère que l’idée de cette rubrique participative vous plaira! Merci de rester cordial dans les commentaires, c’est plus agréable pour tout le monde et plus intéressant surtout 😉

Share

28 comments on “Il m’arrive de me demander # Peut-on suivre la mode tout en achetant éthique?

  1. prettylittletruth
    24 avril 2015 at 9 h 27 min

    Je suis d’accord avec toi que ce n’est pas facile de suivre la mode ethique. J’essaye aussi de mon cote, petit a petit. Je privilegie les jeunes createurs locaux qui se lancent aux grandes marques pas clean du tout (surtout en deco). Niveau fringues, je prefere acheter moins mais mieux, mais il m’arrive aussi de craquer pour une piece chez H&M ou Zara. Pas facile la vie de modeuse, dis donc 🙂

    • mybrouhaha
      29 avril 2015 at 12 h 06 min

      Exactement! Comment continuer de consommer, mais mieux et pas trop cher tout de même? gros dilemme!

  2. By Paulette
    24 avril 2015 at 9 h 34 min

    Sujet passionnant, vrai dilemme entre porte-monnaie et envies.

  3. Camille
    24 avril 2015 at 10 h 24 min

    Tu sais que je partage tes points de vue sur cette question. J’ai les mêmes soucis et priorités. Je ne suis pas prête à arrêter complètement les achats mix cost. Je ne suis pas prête non plus à changer de vie et à n’acheter que français. En revanche je suis prête à poser des questions et à m’en poser à moi même!

    • mybrouhaha
      29 avril 2015 at 12 h 07 min

      J’aime ta réflexion notamment autour du fait-main! j’aimerais tellement faire plus!
      « mix cost » c’est bon ça ^^

  4. Elodie
    24 avril 2015 at 10 h 54 min

    Quel complexe sujet… J’ai aussi beaucoup de mal à mettre de telles sommes dans mes vêtements, mais en vieillissant, et du coup en ayant un peu plus de moyens, je m’interroge aussi sur mon mode de consommation. Je suis encore incapable de mettre 35€ dans un t-shirt Bobo Choses pour mon bébé, mais d’un autre côté, est ce qu’il a besoin de 12 t-shirts à 4€ ?
    Les modes de consommation pour l’alimentaire ont bien évolué depuis quelques années, chez nous on mange moins, mais mieux, et la plupart du temps local et de saison (et en passant le moins possible par la case supermarché), alors j’ose espérer que les habitudes d’achat pour l’habillement évolueront aussi, et que du coup les prix en bénéficieront…

    • mybrouhaha
      29 avril 2015 at 12 h 08 min

      Comme toi, impossible de mettre 35€ dans un t-shirt bébé… et puis le problème c’est que pour bien des marques, le prix n’est pas synonyme de fabrication éthique!

  5. DeboBrico
    24 avril 2015 at 11 h 18 min

    Merci pour cet article…. J’aurai presque pu l’écrire! Pour ma part j’essaye de faire aux mieux avec mes moyens. Mais surtout je suis très agacée de ces tendances néo bobo très moralisatrices. Je trouve ça très hypocrite de faire culpabiliser le consommateur qui essaye de faire au plus juste dans ses choix!

    • mybrouhaha
      29 avril 2015 at 12 h 09 min

      je suis bien d’accord avec toi, retournons un peu le débat en s’adressant aux marques avant tout plutôt qu’au consommateur!

  6. Emma May
    24 avril 2015 at 11 h 43 min

    Décidément, les grands esprits se rencontrent 😉
    J’ai moi aussi démarré des billets un peu plus réflexion-débat sur mon blog de maman fan de déco, et j’ai publié il y a peu un article sur la conso !!! (https://ceseraitlebonheur.wordpress.com/2015/03/30/la-consommation-envahit-nos-vies-non/)
    Je suis un peu comme toi : un peu de grandes enseignes, un peu de vêtements d’occas’, quelques pièces éthiques et au final, la volonté de n’acheter que si nécessaire. Je crois que c’est indispensable, pas juste pour notre porte monnaie ou l’éthique, mais aussi pour ne pas être absorbé par la consommation, qu’elle ne devienne pas le centre de nos vies (sur certains blogs, on dirait qu’acheter est le loisir principal de certaines et c’est dommage je trouve).
    Ah et pour finir, je viens de découvrir une marque de jeans et chaussures made in France qui a l’air carrément bien : http://www.1083.fr/
    A bientôt !

    • Clémentine
      28 avril 2015 at 8 h 22 min

      Idem ! J’ai aussi écrit un article reprenant un peu les mêmes idées il y a quelques semaines sur mon blog de maman !
      http://www.journaldunemaman.com/2015/02/la-liste-de-mes-envies.html
      Il n’y a pas de doutes, les choses sont en train de changer. Ca fait du bien de lire tout ça !
      C’est marrant, moi aussi j’ai remarqué que parfois, je craquais pour une pièce que j’avais déjà presqu’identique, que j’avais oubliée et que je ne portais pas.
      Bien sûr on ne peut pas faire la révolution, mais s’interroger et montrer que l’on n’est plus prêts à consommer juste pour consommer, c’est déjà beaucoup.
      De mon côté, je me dis que si on arrête tous de consommer, ce n’est pas non plus terrible pour l’économie qui est un peu basée sur ça… Alors comment faire ?
      Déjà, privilégier le Français.
      Moi, je fais comme toi, je regarde et si ça me plaît, je reviendrai. Et s’il n’y a plus ma taille tant pis ! Même pour les coups de coeur… Ma mère m’a dit un jour que ma grand mère faisait ça aussi. Ma grand mère qui n’a jamais rien jeté de toute sa vie. Qui usait tous ses vêtements jusqu’à la corde et qui utilisait des boîtes de glace ou de crème fraiche vides en guise de tupperw**e… Alors Mamie, je m’inspire de toi ! <3
      Bonne journée les filles !

      • mybrouhaha
        29 avril 2015 at 12 h 24 min

        Tu as bien raison, nos grands-mères sont toujours une bonne source d’inspiration!

    • mybrouhaha
      29 avril 2015 at 12 h 15 min

      Merci pour ton commentaire et le lien de ton article que je viens de lire!
      c’est vrai que la consommation est au coeur de beaucoup de préoccupations, notamment sur la blogo. Mais je ne suis pas aussi radicale que toi, notamment évidemment concernant la pubs sur les blogs (puisque j’y participe moi-même). Certains blogs m’ont agacé et je ne les lis plus à cause de ça, parce que la blogueuse n’est plus devenue qu’une page de pub à chaque article. Tout est une question de dosage je trouve.
      Et en ce qui me concerne, je t’avoue que j’ai également un grand plaisir à acheter fringues comme déco (et livres aussi) même si j’essaie de ne pas consommer pour consommer.
      Merci pour ce lien Madie in France!

  7. Cécile
    24 avril 2015 at 11 h 54 min

    Je suis contente de voir de plus en plus de discours qui vont dans ce sens, moi aussi je suis en pleine prise de conscience depuis quelques temps…
    Après avoir eu mes années de frénésie d’achat, j’ai restreint mes achats de vêtements aux soldes d’hiver et d’été. Gros impact sur mon budget et surtout, prise de conscience que finalement, le shopping ne me manquait pas durant l’année !
    Mais depuis quelques saisons, je ne me rends même plus aux soldes, la faute à un placard qui déborde, remplit de « vêtements jetables », quel intérêt de dépenser peu si c’est pour toujours dépenser mal ?
    Depuis presqu’un an j’achète donc désormais davantage d’occasion (un vêtement qui a déjà été porté et est toujours en bon état signifie qu’il est de bonne qualité, et tiendra donc encore longtemps!), à part sous-vêtements, collants, chaussures … et surtout je réfléchis avant d’acheter !
    Faire le tri dans sa garde robe est essentiel, au final j’avais presque 50 robes, mais combien en mettais-je réellement ? Achetons mieux donc, et achetons moins, je crois que c’est la clé.
    Je conseille d’ailleurs le livre « Zéro Déchet » de Béa Johnson qui a certes eu une démarche assez radicale à ce sujet, mais qui donne envie de faire mieux, à son échelle, car ce sont les petites gouttes d’eau qui font l’océan ! 🙂

  8. Kalua
    24 avril 2015 at 12 h 00 min

    ton article reprend pas mal de questions que je me pose !Si on décide de faire soi meme ses vetements, on doit se poser les mêmes questions sur le tissu acheté : comment savoir où est tissé/tricoté le coupon ? D’où vient le coton ? Quels produits de teinture sont utilisés ? C’est un vrai casse tête !
    Pour travailler dans l’industrie textile, je peux vous donner ces quelques informations :
    Pour ce qui est des produits de teinture, je peux déjà vous dire qu’ils sont fait en Asie. Les grands chimistes sont tous partis là bas dans les années 90, pour des raisons de couts mais surtout des raisons environnementales (en gros, pas mal de matières premières étaient interdites en europe….). Depuis 2 ans, la Chine et l’Inde mettent en place une politique environnementale (demande de mise au norme, avec fermeture d’usine à la clé), qui fait remonter les prix aux niveau des tarifs européens de l’époque….
    Pour le coton, des enseignes s’interdisent d’utiliser les cotons de certains pays d’europe centrale, car ils sont ramassés par des enfants. Ceci dit, je ne suis pas sur que les ramasseurs africains aient tous plus de 18 ans….
    L’industrie francaise du textile se réduit comme peau de chagrin, ceux qui s’en sortent sont ceux qui font des produits techniques, ceux qui continuent dans l’habillement sont en concurrence directe avec l’asie et disparaissent peu à peu.
    Tu dis que le boycott des grandes marques ne les feront pas changer, tu as surement raison mais par contre le retour à un achat « francais » ou européen peut permettre à nos ateliers de rester.
    Je pense que c’est plutot dans ce sens qu’il faut voir les choses (c’est un peu moins déprimant !)

  9. Elise
    24 avril 2015 at 12 h 03 min

    Je suis contente que tu fasses un article sur ce sujet car cela me permet de témoigner, moi qui travaille justement pour ces grandes marques de textile:
    Je suis modéliste pour une marque qui « optimise » (si vous voyer ce que je veux dire…) et je peux vous dire que contrairement à ce que tous le monde pense, les enseignes de prêt à porter sont extrêmement vigilantes avec les usines avec lesquelles elles travaillent, tout est inspectés dans les moindres détails. Le problème c’est que souvent les fournisseur vous montrent ce que vous voulez voir … pour faire simplement plus d’argent.
    Il faut savoir qu’il y a beaucoup d’intervenant dans la fabrication d’un vêtement et qu’il est difficile de tous savoir même si on le veux.
    Voila je voulais juste poussé un petit coup de gueule contre tous ces gens qui critiquent les grandes enseignes sans savoir ce qui s’y passe vraiment.
    Pour le reste je n’ai pas de réponses, j’aime les fringues et je ne suis pas riche, je me console en me disant que je fais vivre des tas de gens en achetant du prêt à porter…

    • yeahyeahgirl
      24 avril 2015 at 13 h 39 min

      ma doudou d’amour, tu as dit tout comme je pense et je t’aime !!!

  10. Kalua
    24 avril 2015 at 12 h 03 min

    Et pour revenir aux moralisateurs, ca me fait bien rire d’entendre certains parler de commerce éthique etc, alors qu’ils s’habillent à décathlon…. un T shirt à 2€, qui peut croire qu’il est fabriqué en France ? ? ?

  11. yeahyeahgirl
    24 avril 2015 at 13 h 37 min

    moi j’avoue que j’en suis loin des achats éthiques et compagnie. tu me connais j’ai une conscience assez faiblarde et je souffre du syndrome de l’autruche aggravé. de plus j’ai longtemps bossé dans l’industrie textile, enfin je suis pas la bonne personne avec qui causer made in france. pour moi c’est le prix d’abord, je sais c’est la honte mais si tout le monde était parfait ça se saurait. bisous ma beauté !

  12. lilibulle
    24 avril 2015 at 13 h 55 min

    Je suis écolo à tendance minimaliste depuis pas mal de temps déjà. Je suis passée par pas mal de phases : achat de vêtements en coton bio, seconde main, fabrication française, mais sans réduire mes achats dans un premier temps. Et finalement, je crois bien que c’est là que le bât blesse. Quand j’ai fait le tri de ma garde robe et celle de mes enfants (j’en ai 2, 8 et 5 ans aujourd’hui), j’ai été prise d’un écoeurement de voir tous ces vêtements, parfois (souvent ? ) peu portés, étalés devant moi et mis dans des sacs poubelle à donner. Je me suis vraiment posée la question de l’utilité de posséder tout ça. Depuis quelques années, je voue une admiration sans faille pour Pierre Rabhi et la décroissance et je pense qu’une consommation raisonnable et minimaliste est la solution au pillage de notre planète et des gens qui l’habitent. Et je ne pense pas qu’une consommation moindre soit un frein à notre progrès, si tant est que laminer la planète en soit un. Donc, comme j’approche l’âge de sagesse de la quarantaine (cette année 😉 ), je ne cherche plus à m’habiller à la mode à tout prix, même quand cela ne me va absolument pas. Je ne lis plus de blogs mode, ça m’aide beaucoup aussi. Je suis beaucoup plus sereine dans mon style et du coup, j’achète beaucoup beaucoup moins. J’achète soit des vêtements de bonne qualité en y mettant le prix (notamment les chaussures), soit de seconde main. Idem pour mes enfants, je n’ai pas envie qu’ils ressemblent à des gravures de mode juste pour me faire plaisir à moi. J’achète sur ebay ou dans des dépôts vente, surtout que bien souvent, vu la croissance des miens, ils n’ont jamais mis leurs vêtements très longtemps. Ca me permet là aussi de craquer pour LA pièce qui me fait envie, fabriquée de manière éthique qui plus est. Je ne cherche absolument pas à être moralisatrice, j’ai abandonné cette voie depuis longtemps. Je me considère plutôt comme un colibri, je fais ma part modestement et je suis toujours ravie que d’autres la fassent avec moi.

    • Clémentine
      28 avril 2015 at 8 h 35 min

      Ce que tu dis me parle tout à fait. Quand je suis devenue maman, j’ai voulu trier mon placard, ce que je n’avais pas fait depuis un bail. J’ai été choquée moi aussi de voir tout ce que je voulais jeter et que je n’avais presque jamais porté… Par la façon que j’avais eu de consommer. J’ai été vraiment écoeurée. Je n’ai même pas osé évaluer le prix de ce que je m’apprêtais à amener chez Emmaus…
      Comme je disais un peu plus haut dans un autre commentaire, j’ai peur que si tout le monde diminue sa consommation, cela fasse un peu chuter l’économie aussi… Mais comme tu dis, je pense moi aussi que la clé est bien là.

  13. Justine
    24 avril 2015 at 18 h 10 min

    Première fois que je commente alors que je te suis depuis un petit moment déjà. Je trouve ton idée de rubrique très intéressante non seulement pour ton opinion personnel mais aussi les commentaires qui suivent. Cette question je me la pose aussi beaucoup et je m’oriente également vers l’achat de basique et la fabrication/vintage (ou plutôt seconde main car ces pièces ne sont pas toujours si vieilles ou de si particulières !) pour le reste… Ayant déménagé 6 fois en 1 an récemment, je me suis délestée au fur et à mesure de toujours plus de vêtements et je me suis rendue compte que 4 paires de chaussures pouvaient être suffisantes. Ces nombreux déménagements ont eu un effet bénéfique sur ma manière de consommer en général et j’espère bien que ces idées et réflexes que j’ai développés vont survivre avec le temps ! Mais c’est loin d’être une évidence !

  14. Megahertz
    24 avril 2015 at 21 h 02 min

    Merci pour cet article car je suis depuis quelques temps en plein dans cette réflexion. Sur certains sujets j’ai réussi à faire beaucoup de progrès (nourriture et cosmétiques notamment) mais sur les vêtements je trouve ça dur. J’ai regardé l’autre jour toutes les étiquettes des vêtements qui me plaisaient : Made in Bangladesh, Pakistan, China… au mieux Made in Portugal… Cela a fini par me décourager et c’est sur au final je n’ai rien acheté. Je me pose les mêmes questions, notamment sur la fabrication des tissus desquels je me sers pour coudre, j’ai du mal avec l’occasion, pour mes vêtements, pour pleins de raisons. J’ai abouti aux mêmes conclusions, d’essayer d’acheter moins mais peut-être mieux, de me renseigner, de faire attention sans pour autant me culpabiliser systématiquement.

  15. Stella
    26 avril 2015 at 11 h 29 min

    C’est une très bonne question que tu soulève là! Pour ce qui est de l’alimentaire ou des cosmétique, j’ai changé ma façon de consommer depuis quelques années déjà. Par contre en matière de mode, je sais que je ne pourrai pas! Plus le temps passe et moins j’ai les moyens! Du coup je n’ai pas vraiment le choix! Acheter un pantalon à 35€ c’est déjà beaucoup pour moi, alors acheter du made in France, c’est inimaginable! J’achète beaucoup moins par contre et je me demande toujours si j’en ai vraiment besoin!
    J’aimerais que les fringues éthiques soit beaucoup plus abordable mais je doute que ce soit possible un jour…

  16. Aude
    27 avril 2015 at 9 h 38 min

    C’est un vrai dilemme pour moi aussi. Comment s’améliorer en respectant son budget ? Je crois que tu as raison : en y allant petit à petit, chacun à notre niveau sans culpabiliser des retours en arrière. En tout cas, très chouette idée de rubrique ! Car c’est vrai qu’on se sent parfois un peu seul face à nos interrogations…

  17. Vayolaine
    29 avril 2015 at 10 h 47 min

    Je suis vraiment vraiment (!) à 100% dans ce que tu expliques! Je me retrouve dans ton article comme si c’était moi qui l’avait écrit, à l’exception que moi c’est une réflexion qui a commencé à germer surtout au cause de la mauvaise qualité des produits peu chers. J’ai trouvé récemment beaucoup plus de plaisir à acheter un peu cher (et de qualité) (du coup matière première de meilleure qualité, manutention de meilleure qualité, ce qui sous entendait pour moi plus de respect du produit, plus grandes valeurs de la marque et meilleures conditions de travail des ouvriers.) Je change peu souvent de vêtements (je ne m’embête pas à suivre la mode, je ne porte que des basiques) je paie plus cher mais je les garde des années. Pour mes garçons c’est venu instinctivement aussi. Les beaux vêtements j’ai pu les remettre au petit suivant.
    Mais je fais ça dans le but aussi de faire marcher les petites entreprises françaises ou limitrophes (pareil pour ma deco et mes produits de beauté). Ça n’enreillera pas « l’esclavage » dans l’industrie du textile en Asie, mais c’est ma petite contribution, avec mes moyens.
    J’achète peu mais plus cher, franchement ça revient même moins cher sur le long terme ! Et le plaisir vient de cette satisfaction personnelle de faire un tout petit geste pour l’environnement (moins de gaspi, produits plus sains…).

  18. Leïla
    29 avril 2015 at 12 h 01 min

    Je me pose les mêmes questions que toi, et une solution c’est qu’il y a quand même des marques qui s’intéressent à l’éthique. En France il y a Ekyog qui a cette démarche, même quand c’est produit en Inde ils respectent les heures de travail, le droit à la grève, etc… Ils sont très transparents. L’Alemagne et l’Angleterre sont encore plus avance et ont plus de marques, la plus connue étant certainement People Tree (pas mal de revendeurs). Sans oublier l’Américain American Apparel made in US… Mais comme tu le dis, ce n’est pas toujours transparent sur la provenance des tissus. Mais c’est clairement à nous en tant que consommateurs de faire changer les choses !

  19. Aurélie
    30 avril 2015 at 7 h 26 min

    Chouette article!
    Chez nous, on est assez engagés, passionnés et militants sur les bords. Point de vue consommation, on dépense sans broncher un peu plus pour manger bio-local-de saison, on n’achète (presque) plus Ikéa, on se renseigne sur la marque avant d’acheter un appareil électroménager, on fréquente libraire, disquaire (oui!) pour favoriser les circuits courts… Malgré ça, lorsqu’il s’agit de fringues, j’en suis exactement au même point que toi! Dans mes moments de lucidité (ou de délire) je rationalise mes placards en décidant que je n’ai plus besoin de rien pour cette saison ou que oui, je peux m’offrir ces chaussures franco-françaises à 300€ puisque ce seront les seules que je m’achèterai de l’année (HAHA). Et puis… je passe devant H&M à la pause dej ou au rayon chaussettes de Monop en allant acheter du jambon bio et c’est foutu.
    Et puis pour les enfants je trouve encore plus difficile de se tenir à une ligne de conduite éthique. Bien-sûr on voudrait le meilleur pour eux mais mettre de grosses sommes dans des vêtements ou des chaussures qui seront portés une saison ou qui ne survivront pas plus d’un mois au combo récréation-trottinette, sérieusement… (ou qu’ils ne mettront pas du tout parce qu’on a acheté à l’avance et que ces saletés ont trop grandi)
    « Peut-on suivre la mode en consommant éthique? », finalement je pense que la bonne question ce serait « Peut-on suivre la mode en consommant éthique et sans changer notre mode de consommation? » et là, évidemment c’est non! Bon, ça fait cliché mais: j’ai récupéré deux robes de mon arrière grand-mère ado, made in sa maman couturière, avec des finitions magnifiques mais c’était ses deux SEULES robes d’ado.
    Oui je veux bien acheter éthique mais tourner avec deux robes jusqu’à ce qu’elles soient trop petites et leur coudre des manches pour passer l’hiver ou repriser mes chaussettes made in France en coton de la Creuse, je ne suis pas prête!!!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *