,

Le harcèlement scolaire, ça n’arrive pas qu’aux autres

Le harcèlement, ça n’arrive pas qu’aux autres,
coté harcelé comme harceleur. C’est une sujet qui me tient particulièrement à
cœur et auquel j’ai été confrontée plusieurs fois : en tant qu’enfant,
ado, amie, sœur, mère. Le harcèlement scolaire peut arriver très vite, dans
tous les milieux, auprès de n’importe qui. Il est important de prévenir et d’agir
pour que ça n’arrive pas ou plus.

Comment j’ai été harcelée au collège et au
lycée

En 6e j’ai été harcelée toute une année, parce
que j’étais plus jeune que les autres, que je n’avais pas les bonnes tennis ou
la bonne marque de fringue. Parce que j’avais l’air trop « petite fille de
bonne famille », on m’appelait « la bourge ».  J’avais 11 ans, habillée encore en DPAM
plutôt que Nike, éduquée à être bien polie, sage et bien me tenir à table. Rien
d’aberrant, en somme.

Pendant un an on m’a insultée plusieurs fois par jour, on crachait régulièrement sur mon cartable, on me balançait des chewing gums mâchés. J’ai été humiliée, giflée même. Qui est « on » ? Une fille à la base qui ne pouvait pas me voir, je n’ai jamais su pourquoi. Elle était dans ma classe depuis le CE1, je la connaissais bien. Pourquoi en 6e ça a dérapé ? Aucune idée. « On » c’était petit à petit une grande partie des 6e, ceux qui faisaient profil bas pour que ça ne leur tombe pas dessus. Ceux que ça faisait marrer. Les profs, qui n’y voyaient rien de méchant et m’appelaient aussi « la bourge ». Ceux qui ne me connaissaient pas mais qui avaient envie d’exercer leur petit pouvoir parce qu’ils n’avaient surement que ça.

Le jour de ma rentrée de 5e, j’avais les
bonnes baskets, le bon sweat et un sac à dos. J’avais coupé mes cheveux,
j’étais rentrée dans le bon moule. Et ça a mis fin au harcèlement.

En 2nde ça m’est retombée dessus. J’avais des
seins trop gros, ça attirait les mecs. Je suis sortie avec le connard, qui
racontait des ébats abracadabrants qui n’avaient lieu que dans sa tête. Et la
je suis devenue « la salope ». ça s’est propagé dans plusieurs lycées
de ma petite ville. Des filles que je ne connaissais pas m’ont insulté en me
croisant dans le centre ville « C’est toi Anne-Charlotte ? T’es une
salope. »

J’ai fait profil bas, je ne suis plus
ressortie avec un mec du lycée avant un bout de temps. J’ai mis 2 ans, une
dépression et un changement de lycée à me sortir de là.

Comment j’ai survécu au harcèlement scolaire ?

Je dis survécu parce que malheureusement certains n’y survivent pas justement.
Même si j’ai horreur du conflit je ne me laissais pas faire. A la maison j’avais des oreilles attentives et beaucoup de soutien, même mes parents n’avaient pas mesuré l’ampleur de ce qui se passait. Et au lycée c’est sûr, ils n’ont rien su. Vous imaginez la honte ? « Au fait maman, j’ai une réputation de salope dans toute la ville. »  Mes notes n’ont jamais chuté, mon comportement n’était pas vraiment différent…
J’étais bien entourée aussi, j’avais des ami(e)s, je n’étais pas seule, en 6e comme au lycée ! J’allais beaucoup au CDI également, parce que là on ne venait pas m’emmerder.
Ce qui m’est arrivé au lycée, je n’ose imaginer l’impact que ça aurait eu si les réseaux sociaux avaient existé à l’époque. Je pense que je m’en serai sortie bien plus difficilement puisqu’il n’y a plus de refuge nulle part.

Parents d’enfant harceleur, on fait quoi ?

Après cette expérience, je n’ai qu’une crainte : que mes enfants soient harcelés et que je ne le vois pas. C’est pourtant l’inverse qui s’est produit l’an dernier. Un soir on a lu un mot dans le cahier de Mona, qui expliquait qu’elle embêtait une petite fille avec son groupe de copines, et qu’elle allait participer à un « atelier de réparation ».
La douche froide.
Comment, un enfant à qui on apprend l’empathie
au quotidien, peut faire de telles choses, et comment réagir ?

On a beaucoup discuté avec Mona, sans
s’énerver, pour comprendre. Elle, ne comprenait pas vraiment la portée de ses
mots et ses actes. Au début c’était pour rigoler, et puis il y avait la
pression du groupe de copines, la peur d’être écartée.

Comment l’école a géré la situation avec brio

A la différence de mon expérience, on est en
2019 et les écoles se bougent de plus en plus sur le sujet. L’école de Mona est
très mobilisée sur l’empathie des enfants entre eux et pratique la technique du
« message clair » et des enfants médiateurs. Ils ont vite été
conscients de la situation et ils ont pris les choses au sérieux. Ils ont
organisé un « atelier réparation » : un rendez-vous individuel
avec chaque enfant, face à deux instituteurs. L’atelier suivait un questionnaire
intelligent : Raconte ce que tu as fait ? Que cherchais-tu à
obtenir ? As-tu obtenu ce que tu voulais ? Quelle règle n’as-tu pas
respectée ? Comment te sens-tu en ce moment ? Comment agiras-tu la
prochaine fois ? Comment peux-tu réparer ton acte ?

Cette feuille a été remplie et signée par Mona et ses instituteurs et nous a été donnée à signer.
Cet atelier a eu un effet radical et immédiat et la petite fille harcelée est même devenue la copine du groupe. C’est même allé plus loin car l’atelier a eu un impact très positif sur les relations bancales de toutes les petites filles du groupe.

Enfant harcelé ou harceleur, que faire ?

C’est dur mais il faut être en veille
permanente : un changement de comportement, des notes qui baissent, une
tristesse soudaine… Il faut réussir à tirer les vers du nez à nos enfants même
si c’est pas évident. Nous on a acheté un livre aussi sur les relations entre
copains. Je pense vraiment qu’apprendre l’empathie au quotidien est un vrai
plus.

Le site de l’association Marion La main tendue donne de vraies ressources et propose un numéro vert : le 3020 du lundi au vendredi de 9h à 18h.

Contre le cyber-harcèlement, l’association e-enfance propose également plein de ressources et dispose d’un numéro d’écoute : 0800 200 000

Le harcèlement scolaire ou le
cyber-harcèlement peut arriver à tout le monde, côté harceleur comme harcelé,
quelque soit le milieu, le contexte familial ou l’éducation donnée, et ce, dès
les premières années d’école. Ouvrons grand les yeux et les oreilles,
travaillons et communiquons main dans la main avec les enseignants, pour
prévenir au maximum les dégâts.

Article écrit en collaboration avec Au Féminin et Heyme assurance.

Pour aller plus loin, j’avais déjà écrit un article sur mon harcèlement au collège

Share

10 comments on “Le harcèlement scolaire, ça n’arrive pas qu’aux autres

  1. Myriam
    1 octobre 2019 at 20 h 13 min

    Coucou Anne Charlotte

    Merci pour ton article. Si je peux juste rajouter quelque chose, il faut apprendre à nos enfants à être des témoins actifs et positifs. Je ne me positionne pas contre les harceleurs, au risque de devenir leur cible, et ce n’est pas nécessairement le rôle des enfants. Je suis un témoin actif. Je ne laisse pas la victime seule, je lui parle, lui souris, ne relais pas des messages, photos, vidéos insultants.
    Nous essayons en collège de faire comprendre la force du collectif positif. Les enfants sont parfois démunis face à cette situation et suivent les harceleurs car ils ne savent pas ce qu’ils pourraient faire d’autre. C’est un levier important à leur offrir.
    Mais clairement, en tant que mère, j’espère donner des clés à mes enfants. Sauront ils s’en saisir, c’est cela qui m’effraie parfois.

  2. Marie*
    1 octobre 2019 at 21 h 04 min

    Quelle tristesse ce que tu as dû endurer… Mon cœur de gamine de 6ème « pas dans le moule »non plus et d’ado de seconde te serre contre lui. J’ai été libraire longtemps, c’est impressionnant le nombre de livres (Bd parce que c’era mon rayon)sur le cyber-harcèlement que j’ai vendu les dernières années… Ça me faisait froid dans le dos. Tu es courageuse de témoigner aussi en tant que maman,bonne soirée. Marie*

  3. Codsi
    1 octobre 2019 at 21 h 14 min

    Bonsoir anne charlotte,
    Merci beaucoup pour ce partage … pourrais tu me transmettre le titre du livre sur les relations entre copains acheté pour Mona ?
    Merci
    Elodie

  4. Prisc
    1 octobre 2019 at 21 h 22 min

    Merci pour ces témoignages si importants. Mon aînée à l’âge de Mona. L’année dernière elle a été formée au sein de son école à être médiateur, et aujourd’hui elle est rentrée hyper fière d’avoir géré (et réglé) son premier conflit entre 2 enfants. La question du harcèlement me fait très peur et j’espère que cette formation lui donnera des clés supplémentaires. C’est une chance que les professeurs soient de plus en plus sensibilisés à cette question. L’école de Mona a admirablement bien géré.

  5. Vanessa C.
    2 octobre 2019 at 5 h 21 min

    Super témoignage, merci! Peux-tu me donner les références du livre acheté pour Mona? Ça m’intéresse pour ma fille…
    Je suis prof et j’avoue ne rien laisser passer de ce côté et je suis choquée de l’attitude de tes profs de 6eme… Un adulte ne devrait jamais avoir une telle attitude…
    Merci! Et je garde l’idée de l’atelier de réparation

  6. Marie
    2 octobre 2019 at 9 h 07 min

    C’est un sujet qui me parle tellement. J’ai aussi été victime de harcèlement scolaire au collège / lycée, et même de la part d’élèves qui n’étaient pas dans mon établissement (avec même une tentative d’étranglement en pleine rue).
    Je vois que mon fils est régulièrement embêté, et il est un peu trop sensible pour se débrouiller tout seul et pour faire la part des choses entre ce qui est normal et ce qui ne l’est pas.
    Mais quand je le vois interagir avec d’autres enfants, je me rends compte qu’il pourrait très bien basculer de l’autre côté et ça m’effraie aussi.
    Alors quand il me raconte sa journée, j’essaie de repérer les situations difficiles et de discuter avec lui de ce qui s’est passé et de ce qu’il faudrait ou aurait fallu faire.
    Pas évident à naviguer comme sujet.

  7. Meugleu
    2 octobre 2019 at 11 h 39 min

    Merci beaucoup pour ton témoignage. A l’heure actuelle c’est tellement facile de propager tout et n’importe quoi. J’ai moi-même fait partie d’un groupe qui a pris en grippe une fille un peu différente, puis ensuite c’est moi qui me suis retrouvée mise de côté (mais pas harcelée non plus). J’avais beau savoir que ce n’était pas bien je n’avais pas envie de me faire exclure du groupe.
    Et merci à Myriam pour son idée de témoins actifs

  8. MilouGuillou
    2 octobre 2019 at 20 h 19 min

    Bonsoir je suis enseignante et suis très intéressée par le questionnaire et l atelier réparation (nous avons déjà adopté les messages clairs). Connais tu le nom exact stp je ne trouve pas sur les internets?

    • Orele
      3 octobre 2019 at 21 h 38 min

      Merci pour ce bel article. Ĺ’école de Mona a su gérer la situation admirablement. Ce qui n’est pas le cas de toutes les écoles. Ma fille qui a le même âge que Mona, en fait les frais cette année dans sa nouvelle école. Après avoir fait plusieurs entrevues avec la maîtresse pour évoquer la situation, rien n’a été fait. Difficile de trouver de bons conseils et surtout savoir comment agir quand l’école ferme les yeux.

  9. Eloelo
    3 octobre 2019 at 13 h 06 min

    Merci pour ton article, quel âge avait Mona quand elle a participé à l’atelier de réparation? je voudrais savoir si cela pourrait être pratiqué avec des maternelles. Je veux bien aussi la référence du bouquin, ça aide à désamorcer bien des choses les livres!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *