,

L’histoire du fameux fauteuil rose vintage

Depuis 2004, trône chez moi un fauteuil rose vintage. Une chauffeuse plus exactement. Ce fameux fauteuil a alimenté de nombreuses conversations. Il a suivi tous mes déménagement depuis que je ne vis plus chez mes parents. Il a voyagé dans toute la France. Il a été sur la sellette bien souvent. Il a même été figurant dans une publicité… 16 ans après il est toujours chez nous et finalement il a été un sacré témoin d’une bonne partie de ma vie. Je vous raconte enfin la fameuse histoire su fauteuil rose vintage !

Août 2004, le grand départ

Je viens d’avoir mon bac, avec maman on a trouvé le petit studio parfait dans le centre ville de Nantes. Je vais enfin réaliser mon rêve de mon adolescence : quitter Niort et partir de chez mes parents. La grisante indépendance !
On a fait une virée chez IKEA pour acheter l’équipement de base. Mais moi qui aime les vieilleries, il m’en manque un peu. Je passe chez Emmaüs en Vendée et tombe sur cette chauffeuse rose. J’ai du mal à me faire un avis sur le meuble. On sent qu’il a eu son âge d’or dans une salle d’attente des années 70… est-il objectivement beau ? Ou c’est le rose qui m’attire ? Je ne sais pas. Mais je l’aime bien et il coûte 7€. Je le charge dans le coffre de la Corsa et roule ma poule.
Après un bon nettoyage, il vient s’installer près de la fenêtre. Il est petit, confortable, parfait pour bouquiner avec un thé dans la main.

Août 2005
Le fauteuil rose et moi partons nous installer dans le centre de Bordeaux. Dès lors sur son sort, les avis sont divisés. Certains le trouvent affreux. D’autres l’adorent !

Août 2006
Le fauteuil rose fait connaissance avec le postérieur de mes deux colocataires à Bordeaux. Il résiste étrangement aux nombreuses soirées alcoolisées. Il n’a même pas de trou de cigarette ni de boulette !

Septembre 2007 : bienvenue à Paris !

Le fauteuil rose débarque à la capitale, dans mon minuscule studio du 19e arrondissement, juste au dessus du kebab. Une chance : il n’en a pas gardé l’odeur d’oignon qui me réveillait le dimanche matin.

Mars 2008
Il regarde naître une grande histoire d’amour entre moi et celui qui va devenir son pire ennemi : M. Incredible.

L’aspect du téléphone portable posé sur la table en dit long sur l’époque de la photo !

Septembre 2008
Le fauteuil rose s’installe à St Ouen dans une nouvelle coloc de filles. Là encore il résiste étonnamment aux grandes intempéries festives. La moquette n’a pas cette chance.
Il donne le ton dans le salon, il twiste tout de suite une déco approximative en lui donnant une identité. Il divise toujours, mais moi je l’aime : un point c’est tout.

Décembre 2009
Le fauteuil rose débarque dans un appartement d’amoureux à Bastille. Il voit cette relation d’un mauvais œil puisque le garçon n’a qu’une envie : qu’il dégage. Faut dire que ses potes se moquent un peu de lui : à quel point va-t-il se faire envahir par les goûts fifille et fleufleur de sa copine ?
Je négocie un sursis et propose de le recouvrir avec un lin vichy.

Ne me demandez pas ce que raconte le texte…

Mars 2010
Je reçois un mail d’une décoratrice : elle a vu mon fauteuil rose sur mon blog, elle me propose 50€ pour le louer pour le tournage d’une pub La Poste où il figurera dans une chambre intégralement rose vif ! Une photographe japonaise qui fait des livres de déco vient aussi le rencontrer.
C’est la consécration de la chauffeuse !

Janvier 2012
Je souffle les bougies de mes 26 ans sur mon fauteuil rose non recouvert. La housse n’était pas une réussite. Mon ventre s’arrondit tranquillement. Autour du fauteuil dans le salon, il n’y a plus que des vieilleries, vintageries et autres chineries. Le fauteuil rose est bien content.

Juin 2012 : la vie de famille

Le fauteuil rose est toujours aussi confortable, il est parfait pour allaiter.

Février 2013
Le fauteuil rose emménage avec sa désormais famille dans le 20e. Va-t-il rester ? Antoine a envie d’un club en cuir. Moi j’hésite avec un fauteuil en rotin. A priori il ne fera pas long feu. Mona l’adore : il est très stable puisque bien lourd… à la hauteur parfaite pour apprendre à se mettre debout.

A l’époque sur Insta, on mettait des filtres

Décembre 2015
Cette fois c’est la bonne : pour Noël on a demandé une enveloppe pour s’offrir un fauteuil. On prospecte : tout est assez volumineux, cher, fragile ? On n’a pas le coup de cœur. On s’offre un week-end. M. me dit « Finalement je m’y suis bien habitué à ce fauteuil. » il faut dire qu’il est toujours nickel : aucune trace de pipi-caca-régurgitation-purée de carottes.

Décembre 2016
Il est toujours aussi confortable pour allaiter un 2e bébé dont il accueillera également les exploits moteurs.

Juillet 2019 : bonjour Bordeaux

Il est mis dans le camion de déménagement, direction Bordeaux. A 1h du matin il entre triomphalement dans notre appartement. Il a l’air si petit ici… il était tranquille depuis quelques années mais là je sens qu’il tremble. Va-t-il survivre à cet appartement de darons, et aux envies de nouvelle déco de ses propriétaires ?

Octobre 2019
Le fauteuil rose reste. De toutes façons c’est simple : le chat ne peut plus s’en passer. Autant vous dire que je préfère qu’il fasse ses griffes dessus plutôt que sur le nouveau canapé en lin. Le fauteuil rose a trouvé sa place dans un coin de la chambre des filles. Il est parfait pour camoufler un peu la porte du grenier. Et puis ça tombe bien… c’est la pièce préférée du chat.

Voilà l’histoire du fauteuil rose, je me suis bien amusée à l’écrire. Pour tout vous avouer, j’avais avant tout envie de faire cet article pour me marrer. Et puis en l’écrivant finalement quelque chose m’a touché. Ce fauteuil a été témoin de tout ce que j’ai construit en tant qu’adulte : mes études, mes amitiés, mes amours, mes chagrins, mes enfants, mes déménagements…
Les histoires des objets me touchent toujours beaucoup, et quand je pense à la sienne je la trouve bien chouette. Si je pouvais retourner au Emmaüs des Essarts en 2004, je lui dirai : « allez viens, ok tu ne feras pas l’unanimité buddy, mais je t’assure qu’on va bien s’amuser. »

Je dédie cet article avec mes potes et mon mari, avec qui on a passé pas mal de temps et débattre et rigoler sur ce fameux fauteuil. Enjoy les amis !

P.S. : Je n’ai malheureusement pas retrouvé beaucoup de photos du fauteuil depuis le début, pourtant j’ai râtissé CD / Disques durs / cartes mémoire… dommage.

Share

5 comments on “L’histoire du fameux fauteuil rose vintage

  1. oph
    4 février 2020 at 9 h 43 min

    J’aime beaucoup cet article qui effectivement retrace bien la vie de jeune adulte d’une fille des années 80!

    • Agnes
      4 février 2020 at 15 h 57 min

      Très jolie histoire ! Et ce qui serait encore mieux : que la personne qui l’avait déposé à emmaus en vendee le reconnaisse et te fasse un signe. Il a eu une belle deuxième vie en tout cas … et c’est pas fini! Peut être que Mona l’emmenera avec fierté dans son premier appart elle aussi.

  2. Céline / Shalima
    4 février 2020 at 10 h 13 min

    J’adore cette histoire, ces histoires, c’est un chouette témoin de vie, finalement… et quelle résistance, il était fait pour vous !!

  3. céline
    4 février 2020 at 11 h 30 min

    Je l’adore ce fauteuil moi, la couleur, la matière il est parfait chez vous, mais si un jour tu n’en veux plus il sera parfait chez nous ahahah!

  4. Odile
    6 février 2020 at 6 h 24 min

    Très belle histoire, il faut absolument le garder le plus longtemps possible.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *